• 04 66 49 04 76

En quoi consiste l’apprentissage ?

L’apprentissage est une voie de formation qui permet d’acquérir un métier et un savoir-faire. Il s’adresse à des jeunes motivés qui possèdent les pré requis leur permettant d’acquérir les savoirs indispensables à l’obtention d’un diplôme.

L’apprentissage permet d’effectuer des filières complètes de formation. Leur réalisation est un atout important pour aborder dans de bonnes conditions le marché de l’emploi et envisager également, plus tard, éventuellement, une reprise d’entreprise. L’artisanat est un secteur d’avenir et non pas une voie de garage. Il a besoin de main-d’œuvre qualifiée car les métiers évoluent.

La réponse à vos questions

Quel âge dois-je avoir pour être apprenti.e ?

Pour devenir apprenti.e, il faut avoir au minimum 16 ans (15 ans si une classe de 3ème à été effectuée) et au maximum 29 ans. Cependant, des dérogations sont possibles à la limite d’âge supérieure :

  • lorsque le contrat proposé fait suite à un contrat d’apprentissage précédemment souscrit en vue d’un diplôme de niveau supérieur,
  • lorsqu’il y a eu rupture de contrat pour des causes indépendantes de la volonté de l’apprenti.e,
  • lorsque le contrat est souscrit par une personne en situation de handicap bénéficiant d’une Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH),
  • lorsque le contrat d’apprentissage est souscrit par une personne qui a un projet de création ou de reprise d’entreprise dont la réalisation est subordonnée à l’obtention d’un diplôme ou d’un titre.

Serais-je rémunéré.e ?

L’apprenti.e perçoit un salaire en pourcentage du SMIC dont le montant varie en fonction de l’âge du bénéficiaire et de sa progression dans le cycle de formation. A côté de la grille générale, il en existe d’autres, dans certaines branches professionnelles plus favorables, exemples : coiffure, bâtiment, BTP.

GrilleSalaireAPPRENTISSAGEau1er Août 2022

Comment trouver une entreprise ?

Avant de vous lancer à la recherche d’une entreprise d’accueil, vous devez avoir déjà une idée du secteur professionnel dans lequel vous aimeriez travailler, ou au mieux du ou des métiers qui vous intéressent.

Sans entreprises, pas de contrat : il faut alors vous « mettre en chasse » pour trouver un employeur susceptible de vous signer un contrat de travail. Tous les moyens sont bons, mais certains sont meilleurs que d’autres.

La première démarche est de proximité : parents, amis, voisins… autour de vous, parlez de votre projet de formation.

Les circuits classiques d’offres d’emploi peuvent également être utilisés.

Les contrats d’apprentissage et de qualification sont des contrats de travail, par conséquent les offres passent par le Pôle emploi. et les missions locales, les espaces formation de la Région mais aussi et surtout par le CIAD (Centre d’information et d’Aide à la Décision) de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, ainsi qu’en sollicitant le Développeur de l’apprentissage, joignable dans les locaux du Campus des Métiers Henry Giral.  Ces organismes peuvent vous mettre en relation avec des entreprises.

Comment présenter ma candidature ?

La recherche d’un contrat d’alternance s’apparente à celle d’un emploi. Que l’on réponde à une annonce ou que l’on envoie une candidature spontanée, le raisonnement est le même. Il faut d’abord cesser de penser que l’alternance est d’abord et avant tout une excellente affaire pour les entreprises qui l’utilisent comme un moyen peu coûteux d’employer une main d’œuvre jeune et donc, à priori, plus malléable. Si vous répondez à une annonce qui précise le niveau de formation exigé, ne trichez pas.

Expliquez clairement et en peu de mot votre intérêt pour le poste proposé. Tracez rapidement votre parcours scolaire, indiquez les leçons que vous avez tirées, expliquez votre motivation, votre projet professionnel. Ne tentez pas de prouver que vous êtes le meilleur selon des critères scolaires : l’employeur sera plus sensible à vos expériences (dans la vente, dans la restauration…).

Comment enregistrer mon contrat d’apprentissage ?

L’enregistrement des contrats d’apprentissage est confié aux chambres consulaires sous contrôle de l’unité territoriale de la Lozère de la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE). En cas de double immatriculation (commerce et métiers), c’est la CMA qui est compétente. Le contrat complet doit être transmis dans les cinq jours qui suivent le début d’exécution, accompagné du visa du CFA, à la Chambre consulaire. La CMA (Chambre de Métiers et de l’Artisanat) enregistre le contrat dans les 15 jours à compter de la réception s’il est complet. Elle envoie un avis de pièces manquantes s’il est incomplet. L’entreprise a alors 30 jours pour régulariser. A défaut de régularisation, le contrat peut faire l’objet d’un refus d’enregistrement. L’apprenti est alors considéré comme un salarié de droit commun : l’entreprise doit le payer au SMIC et acquitter les charges sociales. La CMA transmet le contrat enregistré (ou sa décision) aux parties, au CFA (Centre de Formation des Apprentis), à l’unité territoriale de la Lozère et aux organismes sociaux.

Comment résilier mon contrat ?

En période d’essai : la résiliation unilatérale du contrat d’apprentissage peut intervenir à tout moment dans les 45 premiers jours, consécutifs ou non, de formation pratique dans l’entreprise. Les jours au Campus des Métiers ne sont pas décomptés de ces 45 jours.

Résiliation amiable : Après cette période d’essai de 45 jours, la résiliation peut être décidée par les deux parties d’un commun accord et sans préavis.

  • Résiliation du contrat en cas de réussite à l’examen : Elle a lieu à l’initiative de l’apprenti.e après l’obtention de son diplôme avant la fin du terme fixé à condition d’en avoir informé l’employeur par écrit au minimum 2 mois avant.
  • Rupture du contrat à l’initiative de l’employeur : l’employeur peut décider unilatéralement de rompre le contrat d’apprentissage en cas de force majeure, de faute grave, ou d’inaptitude de l’apprenti.e. L’apprenti.e peut également être licencié en cas de décès de l’employeur maître d’apprentissage dans le cadre d’une entreprise unipersonnelle. La dernière possibilité pour un employeur de rompre le contrat d’apprentissage est l’exclusion définitive de l’apprenti.e par le Centre de Formation, qui constitue une cause réelle et sérieuse de licenciement pour motif personnel.
  • Rupture du contrat d’apprentissage à l’initiative de l’apprenti.e: l’apprenti.e doit au préalable saisir le médiateur consulaire. Dans les 5 jours suivant cette saisine, il doit informer son employeur de son intention de rompre le contrat par lettre recommandée avec accusé de réception, ou lettre remise en main propre. La rupture du contrat ne peut ensuite intervenir qu’après un délai d’au moins 7 jours calendaires après la date à laquelle l’employeur a été informé de l’intention de l’apprenti.e de rompre son contrat.

Ces trois résiliations sont portées à la connaissance du directeur de CFA et de la CMA qui a enregistré le contrat.

Le dispositif Prépa Apprentissage

Un outil pour faciliter le retour à la formation et à l’emploi

Le rôle du Maître d’apprentissage

Le Règlement Intérieur du Centre de Formation des Apprentis

(Campus des métiers Henri Grimal)